Consulting En Sûreté

Survivre en Milieu Urbain


Vous souhaiter étudier un plan pour survivre en milieu urbain en cas d’effondrement du système ? 

Bonne chance...



Je vais m'abstenir de disserter sur les éventualités pouvant nous mener vers une situation de survie en ville, elles sont innombrable, peuvent n'impliquer que vous, tout un pays ou le monde entier, elles sont de plus en plus probable, l'histoire nous a démontré que c'est arriver et ça recommencera à coup sûr ! 

A notre époque, si une crise majeure éclatait, le milieu urbain serait frappé de plein fouet par une quantité de fléaux ingérable pour un individu non préparé et ceux qui le seraient n'en sortiraient pas indemne.

Émeutes, pillages, famines, épidémies, massacres, viol...

Ces événement insoutenable pourraient vite devenir monnaie courante comme c'est malheureusement déjà le cas à certains endroits du globe.

Par pudeur et respect pour les victimes je ne posterais aucune images, mais si vous doutez encore de la cruauté des hommes, tapez dans recherche d'image "massacre" suivie du nom du pays ayant subit ou subissant une crise majeure.

Les résultats de recherches parlent d'eux mêmes... C'est ignoble !  

L'importance d'être préparé à la survie en ville repose sur les caractéristiques uniques de ces dernières et sur le fait que les villes sont de véritables pièges à rats en cas de coups durs...

Chacun sait qu'on ne survie pas de la même manière dans la jungle, le Sahara, en pleine mer ou en haute montagne.

Mais en ville, quand plus rien ne fonctionne et que les éléments naturels reprennent leurs droits, que l'homme est soudainement victime de sa dépendance au système, la survie doit alors se gérer dans une jungle de béton, un désert de compassions, un océan de larmes et des montagnes d'emmerdes !  

Nos vies en ville dépendent de trop d’éléments qui une fois perturbés peuvent provoquer une chaine de problèmes se succédant de manière catastrophique pour chaque habitant.

Évidemment, survivre en ville est possible mais dans la majeur partie des cas au prix de bien des souffrances...

Plus l'ampleur de la crise sera grande, plus elle durera et plus les conséquences pour votre vie seront grave.
 
En ville, gérer sa sécurité est la priorité car le moindre effort pour survivre s'opérera en présence d'individus paniqués, non préparés, livrés à eux mêmes et probablement déterminés à s'emparer du peu de biens vitaux durement acquis par votre savoir faire en matière de survie.

La discrétion est donc primordiale tant sur vos préparatifs avant qu'une crise ne survienne que sur vos actions durant la dite "crise" pour survivre.

Vient ensuite l'inévitable sujet de la self-defense qui dans des conditions exceptionnellement grave prend des proportions tout aussi exceptionnelle parfois inenvisageable lorsque le monde tourne à peu prêt rond...

Sans des conditions de sûreté optimales, survivre en ville à moyen terme relève à mon humble avis de l'impossible. 

- Votre abris à toutes les chances d'être pillé et mis à sac


- Votre eau de récupération n'aura jamais le temps d'être purifié

- Votre nourriture subira le même sort que le reste : elle sera volé dans la violence !

Aujourd’hui, il est facile de se faire crever pour quelques euros, demain, 
si tout fout le camp, qu'en sera t-il...? 

Renforcer les points d'entrer de l'habitation ou de l'abri en général est donc la première chose à faire puis toute l'organisation autour de l’habitat suivra naturellement des règles de sureté et de sécurité mise en place à l'avance.

Le secret le plus absolu doit être gardé en ce qui concerne vos préparatifs et votre plan de survie

- Systèmes défensif


- Systèmes de surveillances

- Systèmes d'alerte

- Isolation thermique ET phonique

- Sécurité incendie

- Hygiène de sois et des locaux

- Stockage divers

- Plans d'évacuations...

Tout doit être pensé comme un "tout" concernant votre abri car plus que dans n'importe quelle situation de survie (voir les sept règles de trois), ce dernier est vital au premier plan en milieu urbain et rien ne doit être laissé au hasard.
L'eau, en plus de bouteilles stockées en grande quantité à l'avance pourra être récupéré de plusieurs manières :

- En remplissant votre baignoire et autres contenants si vous êtes alerté à l'avance de l’imminence d'une catastrophe susceptible d'engendrer une coupure d'eau.  

- Depuis les écoulements des toits en la collectant dans le pire des cas dans des conteneurs à poubelles.

- Par un pan de bâche tendu et incliné depuis une fenêtre ou un balcon, voir dans un ou plusieurs endroits isolés. 

- Dans les tuyauteries depuis les étages bas en créant un appel d'air au sommet de la colonne.

- Dans les différents systèmes sanitaires pouvant contenir de l'eau comme les ballons d'eau chaude et bien sûr, les réservoir des chiottes !  

- En distillant l'eau contenue dans n'importe quel élément imbibé d'eau comme de la terre, des feuillages, des textiles humide ou des liquides insalubres comme l'eau d'une flaque ou même pire...

- Depuis un point d'eau comme c'est parfois le cas en ville ayant accès à un fleuve, un canal, un étang...


Évidement, presque toutes ces méthodes de récupération nécessite que l'eau soit purifié avant d'être consommé.

Dans certains cas extrême, même l'eau des égouts peut être rendu "propre" à la consommation.

La quantité minimum d'eau requise par jours est par personne avoisine les 5 litres.

Cette eau devrait servir autant à l'hygiène qu'à l'alimentation est la boisson.

Des cultures vivrières et un élevage consommeront eux aussi énormément d'eau.

Autant dire qu'il va falloir ce démener pour récolter de l'eau en conséquence...

Les points d'eau en situation de survie peuvent être particulièrement dangereux du fait du caractère indispensable de cet élément.

Les pires vermines du monde seront certainement tentées de monnayer l'accès à ce bien vital ou pire de procéder à un tri sélectif par les armes... 


Pour plus d'infos sur l'eau en situation de survie, lisez les articles suivants :

- La question de l'eau en survie et survivalisme (partie 1)

- La question de l'eau en survie et survivalisme (partie 2)
 

Se nourrir en situation de survie urbaine, au même titre que tout le reste sera un défi quotidien...

Posséder un jardin est un atout mais en plus d'attirer la convoitise il est difficile de nourrir une personne toute l'année avec un petit terrain.

Ce constat est encore plus vrais sur un balcon ce qui ne doit pas vous faire oublier cette option pour autant si le temps de travail investi permet une récolte d’appoint intéressante.

La culture de produits de la terre peut s'envisager en ville de manière sauvage en divers endroits bien caché, sans oublier que la végétation de nos villes peut parfois être l'objet d'une cueillette nutritive opportuniste avec éventuellement un complément en insectes comestibles présents sur place.



Dit comme ça, je passe mon tour 
mais le jours venu, faudra pas faire la fine bouche.
 
Pour le reste, piéger, préparer et cuisiner un rat, un pigeon, un corbeau, un chien errant ou un chat devra faire partie de vos compétences de survivant des villes !


Les plus chanceux et courageux pourront pécher à leurs risques et périls car comme précisé plus haut, les points d'eau attireront très certainement d'autres opportuniste et la concurrence risque d'être rude.    

"L'élevage de survie" n'est pas à exclure, surtout pour ce qui n'est pas trop conventionnel.

Les rats et insectes comme les criquets sont très prolifiques et pas trop exigeant coté alimentation.

Il faudra bien sûr étudier les méthodes d'élevages pour être efficace.

Si la nourriture est ponctuellement abondante en temps de crise, les techniques de conservations sont vitale pour renouveler les stocks.

Le sujet étant extrêmement vaste et n'ayant probablement pas toutes les connaissances requise pour être exhaustif, cet article sur la survie en milieux urbain s'arrête ici mais d'autre pistes peuvent être étudié sur Deadlymotion, les autres sites dédiés à la survie et à la self-defense, dans les livres spécialisés et lors de stages dans divers domaines.

Il est important de garder à l'esprit que toutes les compétences utiles en temps de crise et en matière de survie sont bonne à étudier et à pratiquer !


Rien de ce qui est ou sera mentionné ici ou ailleurs n'est propre à vous tirer d'affaire en cas de chaos ponctuel ou généralisé.

Seules vos connaissances acquises, votre capacité à apprendre plus, votre érudition, vos capacités d'adaptation, votre réactivité, votre créativité, votre persévérance et votre discernement vous permettront de tirer votre épingle du jeu lorsqu'il sera temps d'agir sans retour en arrière possible...

Je vous souhaite la meilleure des préparation et d'exceller dans la pratique !