Consulting En Sûreté

Méthodes d'infiltration



Cette page est en lien avec l'article sur la présentation du Bansenshukai et propose à titre de comparaison sans rapport direct, ni prétentions, les articles exposées sur le site pouvant se rapprocher des disciplines enseignées dans :
  
"L'océan de dix mille rivières" 

Dans la partie du sommaire traduite comme étant : 

Méthodes d'infiltration des bases ennemies.

Définie de manière générale, une Tactique d'infiltration consiste à faire entrer dans les lignes ennemis un agent ou un petit groupe d'agents et soldats (Commandos, espions...) qui auront pour objectif la reconnaissance, la récupération de diverses informations, le sabotage d'infrastructures adverses ou encore l'ouverture de lignes de fronts (ou l'entré d'un bâtiment) au restes des troupes (spécialisées ou non) pour finaliser une opération.


A titre d'exemple et pour ne citer que l'histoire de France, l’apparition de tactiques d’infiltration a fait sa première apparition dans la guerre de tranchées en 1915 sous l'influence d'un officier français ou elles étaient préconisées par écrit.

Mais ce genre de Tactiques d'infiltration on été utilisées pour la première fois par l’armée allemande sur le front russe à l’automne 1917.

Le premier avantage était de provoquer un repli de l'ennemi derrière ses lignes de défense et ainsi reconquérir du terrain.

L'objectif était parfois le nettoyage de tranchées  qui après de violent échanges de tirs consistait à : 
"Nettoyer les tranchées au lance flamme puis à la chevrotine pour la finition"

Au moins c'est clair, dans ce contexte là, faire des prisonniers n’était probablement pas l'objectif principal...

Ce genre de mission peut sembler moins fin qu'une infiltration silencieuse façon "Shinobi" mais comme on dit, la fin justifie les moyens et la stratégie consiste à être le plus efficace possible en respectant certains impératifs :
Enjeux / résultats rapide / coûts / conséquences...

Les compétences requises pour une infiltration des lignes ennemis sont multiple et repose essentiellement sur une stratégie bien étudié, un entrainement spécifique adapté à chaque tâches, une cohésion de groupe parfaite et du matériel adapté à la mission.

Tout le monde se doute bien qu'aucun objectif n'a les mêmes exigences.

Forces spéciales, espions, assassins, cambrioleurs ou desperados, toutes personnes susceptible d'user d'une quelconque compétence en infiltration devra composer avec les paramètres propre au terrain ou se déroule l'action et à son objectif.

Plus une multitude d’éléments variables 
que seul un professionnel saura déceler.

Les impondérables du terrains amènes souvent les agents infiltrés (comme tout bon soldat) à faire preuve de capacité d'adaptation et d'un "don" pour l'improvisation faisant appel à une grande créativité quand rien ne se passe comme prévu. 

L'infiltration de bases ennemis étant un art qui ne s'improvise pas, ce court article ne saurait décrire dans son intégralité, ni la maitrise théorique, ni la maitrise pratique indissociable de cette compétence martiale qui se doit d'être parfaite !

Me permettant un petit adage improvisé :
"Il ne suffit pas de ramper dans la merde pour accéder au trône".


Beaucoup d'articles sur le site complètent celui-ci dans divers domaines propres à l'infiltration et à la furtivité.


Comme expliqué précédemment, les liens qui suivent ne sont proposés qu'à titre informatif.