Consulting En Sûreté

"Kill Or Get Killed" Vs "La Légitime Défense"

Vouloir défoncer la mâchoire du connard 
qui vous chie dans les bottes est légitime.

Mais c'est pas si simple... 

Combat de rue, castagne, baston, règlement de compte, passage à tabac, cassage de gueule, agression, confrontation violente...

Appelez ça comme vous voulez, le danger n'est pas simplement de finir blessé ou tué, vous pourriez aussi très facilement finir derrière les barreaux pour avoir mis les points sur les i un peu trop brutalement avec votre opposant.

La grande question tient dans la sempiternelle rengaine qui dit qu'il vaut mieux être jugé par 12 homme que porté par 6... 

Qu'est ce qui est préférable ?

Si la réponse semble évidente, le bon sens nous force à répondre qu'il vaudrait mieux n'avoir à choisir entre aucune de ces deux options.

Mais c'est pas si simple... 

 
Une agression physique peut être de diverse nature, être provoqué par différents facteurs dans une multitudes de circonstances.

Impossible de décrire un schéma typique tant les variantes sont nombreuses.

On peut par contre facilement établir une liste des façons dont sa peu se terminer :
  • La domination (soumission)
  • La blessure (plus ou moins grave)
  • La mort 
Ces trois premiers points peuvent concerner une ou plusieurs personnes dans les deux camps.

L'alternative à ces trois issues inacceptables peut être :
  • L'évitement
  • L'évasion 
L'évitement consistera à désamorcer la situation, l'évasion consistera à fuir... 

Le combat vous aidera en dernier recours mais personne ne peut présumer de l'issue de ce dernier quelque soit vos aptitudes.
  
Le meilleur moyen de défense contre une agression est d'éviter la confrontation violente.

Pour y parvenir, la première chose à faire est d'éviter de se foutre dans la merde...

En adoptant un comportement discret, vigilant et lucide, vous parviendrez à éviter bon nombre de situations à risque.

Vous vous doutez bien que les situations en questions ne seront pas les mêmes à la campagne au milieu des champs, dans un bar à poivrot xénophobe, au cœur d'une grande ville ou au abord d'un squat à crackman pour ne citer que ces quelques exemples caricaturaux. 

Il ne s'agit surtout pas de raser les murs en baissant la tête comme une victime, ça serait le meilleur moyen d'afficher le signal "défoncez moi, je broncherais pas"

Faites votre vie normalement en ajoutant, discrétion, vigilance et lucidité suffira à vous fondre dans la masse sans trop d'embrouille, le tout est de savoir ou vous foutez les pieds.

La deuxième chose à faire est de savoir user de psychologie.

Dans un premier temps pour utiliser correctement le point évoqué juste avant et dans un deuxième temps pour être apte à gérer un départ de conflit.

La troisième chose sera d'avoir une bonne condition physique pour être capable de courir vite et longtemps si un "déséquilibré" vous poursuit...

Il y a bien sûr tout les cas de figures ou vous êtes susceptible d'être attaqué par surprise et là c'est votre vigilance qu'il faut affuter en premier.

Voila les grandes lignes à observer pour éviter une confrontation violente débouchant inexorablement vers la domination, la blessure ou la mort d'une ou plusieurs personne.

Personne n'est égal face à une agression physique et chaque agression physique a sa particularité.

Même un pratiquant d'arts martiaux aguerri risque gros lors d'un "combat de rue" donc plutôt que de finir dans une marre de sang, il est préférable d'éviter, contourner ou repousser la confrontation physique.

La prévention est, et sera toujours le meilleur moyen de se protéger d'une agression physique mais si une agression survient, vous devrez vous défendre pour ne pas être gravement blessé... ou tué.

Vous devrez également prendre en compte la défense des personnes vous accompagnant lorsque l'agression survient si ces dernières sont vulnérables.

Dans une civilisation qui tient encore debout, la défense personnelle doit impérativement tenir compte des lois sur la légitime défense pour ne pas vous mener face à la justice si votre réponse à l'agression n'est pas adaptée.

L'article 122.5 du code pénal nous dit que la défense doit être :

- Simultané à l'agression.

Vous ne frapperez ni avant que l'agression se soit manifesté en "prévention", ni après pour vous venger.

Oubliez toutes tentatives d'étranglement façon attaque de sentinelle sur un mec qui vous à regardé de travers et dans le même ordre d'idée, sauter à pieds joints sur la face du mec que vous venez de coucher d'un uppercut ne constitue pas un acte de légitime défense ! 

Aussi surprenant que cela puisse paraitre, notez que vous devrez porter secours à votre agresseur si vous l'avez mis dans un sale état.

Cela implique de prévenir le samu si il se vide de son sang sur le trottoir.

La non assistance à personne en danger doit aussi être prise en compte dans la légitime défense...
 

Une défense légitime doit également être :

- Une nécessité.

Quelque soit le motif et la gravite de l'agression, vous avez le droit et vous devez vous défendre face à la violence.

Cette violence peut être graduelle et devra par conséquent être contrôlé "graduellement" lors de votre défense.

J'entends par graduellement qu'il faudra tentez de désamorcer le conflit comme dit plus haut si vous n'avez pas la possibilité de tout simplement vous barrer !


Mais si l'agresseur reste déterminé malgré vos tentatives de calmé le jeu, vous devrez le calmer lui aussi...


Il est recommandé pour mettre un terme à une agression d'apporter une riposte explosive dans un surprenant cocktail d'agressivité, de vitesse et de précision.

Il faut frapper sans sommations là ou ça fait mal avec violence et rapidité jusqu'à ce que votre assaillant se rende compte qu'il à fait une connerie ou jusqu'à ce que vous puissiez vous placez en sécurité avec d’éventuelles personnes vous accompagnants (femme, enfants...)  

Mais une fois encore, tant que votre monde ne ressemble pas à celui de Mad Max, vous devrez garder un certains contrôle et ne pas lâcher une rage sans nom sur le bougre d'enflure qui vous aura cherché querelles...

Votre riposte doit être :

- Proportionnée à l'agression. 

Et oui...

Calmer votre agresseur ne signifie pas d'en finir avec lui en lui brisant les cervicales.

Vous vous contenterez d'user de la force nécessaire pour en venir à bout sans utiliser d'arme...

Le neutraliser en douceur (???)

"Facile à dire", je vous l'accorde et dans le feu de l'action, faire preuve de prudence, de discernement et soyons fou... de doigté n'est pas une mince affaire.

Évidemment il sera naturel de tout faire pour venir à bout d'un agresseur si votre vie ou la vie d'une tierce personne en dépend. 

Les techniques les plus expéditives ne sont d’ailleurs pas réputés pour leurs capacité à respecter l'intégrité physique de l'inconscient vous faisant face !

Vous prendrez alors soin en cas d'extrême nécessité de ne pas provoquer de graves lésions sur ses points vitaux... 

Une autre option :

Si vous n'êtes pas sûr d'être en danger, attendez de vous être fait péter la gueule pour avoir le top départ annonçant que vous pouvez manifester votre mécontentement... 

Plutôt crever ! 
C'est d'ailleurs ce qu'il ne tardera pas à arriver 
si vous réagissez comme ça ! 

Revenons aux choses sérieuses, en ayant tout tenté pour éviter la confrontation violente, vous pourrez avoir la conscience tranquille si vous vous astreignez à ne pas exagérer sur votre façon de vous défendre.

Maintenez la distance avec vos opposant en marquant une limite en faisant barrière avec vos bras, à partir de ce moment là, si vous n'avez pas pu calmer le jeu ou quitter la scène, vous frapperez le premier si votre ligne de sécurité est franchit.


Si vous ne suivez pas cette règle, vous êtes cuit... Ou presque.

Au cas ou l'issue d'une agression vous mènerais au tribunal pour répondre de vos actes, vous aurez à prouver la réalité de l'agression, la nécessité des moyens employé pour vous défendre et si votre agresseur est passé de vie à trépas vous devrez prouver que ce n'était pas votre intention et que sa mort est survenue accidentellement lors de l'agression.

Si vous n'êtes pas un tueur en série réputé pour votre violence barbare ou plus simplement si il est évident pour diverse raison qu'il s'agit d'un "cas de force majeur", la jurisprudence pourrai être plus ou moins en votre faveur. 

(Du moins en France avec un gouvernement et une justice clémente)


 
Et pour plus de détail sur la légitime défense, rendez vous sur le site Legifrance.
   
Vous aurez compris que concernant les techniques de self-defense proprement dite, il est impossible de proposer de solution miracle tout simplement parce qu’il n'y en à pas !

Ce qui ne veut pas dire qu'il n'existe pas de solutions efficace bien sûr... 


Mais au prix de quelques efforts que tout le monde n'est pas disposé à fournir.

Notez aussi qu'en terme de self defense, l'efficacité dépendra souvent plus de l’expérience que du niveau technique.


Quelqu'un qui sait ce qu'est se prendre un vrais coup de savate et une rafale de tampon sans arbitre pour séparer et sans protection sera plus apte à gérer un combat que quelqu'un avec un arsenal technique impressionnant qu'il n’a jamais eu l'occasion de tester une confrontation violente en "situation réelle".

On comprend vite que quelqu'un sans aucune expérience de combat ou self defense en club ou dans la rue ne fera peut être pas long feu à moins d'être bâtit comme une armoire à glace

En général, les colosses on comme une pancarte avec écrit "fait pas chier" qui tient les sans burnes à distances... à moins qu'il ne soit à 5 minimum et bien armés...

Les gabaries de crevettes comme un petit bout de femme, un gamin de 14 ans ou un mec tout sec pourront faire la différence en étant agressif et expéditif !

Le tout sera d'avoir appris les ficelles pour y parvenir.


Dans 99% des cas, l'effet de surprise et l'efficacité des coups infligés sont dévastateur sur la confiance qu'avait pris l'opposant face à une frêle personne.

Ce qui m'amène à un autre paramètre important dont il faut tenir compte en self defense :

- La condition physique. 

Il faut être capable de tenir la route !

Si il est vrais qu'un combat de rue se termine dans 80% des cas en une trentaine de secondes, il ne faut pas oublier les 20% restant ou ça peut s'éterniser au corps à corps si un complice ne viens pas vous finir à coup de soulier sous un banc public.

Parmi les  20% de combats qui finiront au corps à corps, 80% finiront en combat (ou chiffonnage) au sol.

Et si on tient compte du fait que celui qui sort debout d'un combat de rue est quasiment toujours celui qui à frappé le premier, on constate par deux fois l’intérêt d'être physiquement opérationnel. 


Un coup de taureau ça aide à tenir les K.O

Mais un coup de taureau ne fait pas tout !

Il ne s'agit pas d'avoir pour objectif d'obtenir des bras de bodybuildeur pour être beau à la piscine mais de gagner en endurance, vitesse, détente, souplesse, force et puissance de façon homogène dans le respect de votre corps sans pousser vos limite jusqu'à la rupture.

Les entrainements de type "Crossfit" sont parfait pour ça.

Passer de 0 pompe à 5 pompes est déjà un progrès en soit, il ne faut donc pas hésiter à avoir une activité physique toujours un peux supérieur à celle que l'on à de base en demandant conseils à son médecin traitant si la pratique du sport vous est permise.

Vous êtes capables d'aligner cent pompes et 50 tractions d’affilé ! 

Parfait ! Vous pouvez donc optimiser votre entrainement vu que votre condition physique semble déjà bien affuté.

Vous pouvez faire de même avec un sac à dos chargé de bouteilles de sable mouillé !

Continuons aussi à tenir compte du fait que courir vite et être apte à sauter une barrière peut vous sauver la vie beaucoup plus concrètement et rapidement qu'en espérant maitriser un art martial ancestral...

Surtout si votre agresseur est accompagné de ses valeureux compagnons munis d'un équipement sportif haut de gamme type canne de golf et battes de baseball...

Pour les techniques d'arts martiaux, et de self defense, l'inscription dans un bon club est la solution la plus adapté mais rien ne vous empêche de vous entrainer intelligemment et prudemment en suivant des vidéos ou des manuels de qualité.

Ce n'est certainement pas comme ça que vous maitriserez un art martial mais entre ça et rien le choix n'est pas très compliqué, il vaut mieux ce démerder un peu que pas du tout ! 

Et dans le même ordre d'idées, astreignez-vous à maitriser deux ou trois techniques plutôt que "connaitre" une cinquantaine de "truc".

Tout le monde n'a pas le temps, la salle disponible ou les moyens pour s'entrainer en club.

Il est heureusement possible de s'entrainer efficacement chez sois avec de la volonté et la méthode adapté.

Je recommande par expériences les boxes pieds poing, le Ninpo taijutsu et le MMA pour apprendre quelques techniques applicables relativement rapidement.

Quand à la self defense, la quasi totalité de celles enseignés aujourd’hui sont basés sur plusieurs arts martiaux en synthétisant et en optimisant les techniques pour les situations réelles du monde moderne tout en bénéficiant du retour d’expérience des pratiquants "professionnels" issues de divers horizons. (forces armées, forces de l'ordre, voir même des techniques de truands...)

Les self defense réalistes, surtout celles qui ont fait leurs preuves, sont idéales pour être rapidement apte à se défendre mais comme pour toutes choses, la performance vient avec l'entrainement.

Avec ça vous avez de quoi vous faire une idée de ce qui est le mieux pour vous.

Quoi que vous choisissiez pour votre sécurité personnelle et celle de vos proches, tuer ou être tué (kill or get killed) n'est pas une devise à adopter de même qu'une mauvaise application des règles de la légitime défense risquerait de vous mener au C.H.U ou au cimetière.

Les plus intelligent s'en sortent sans avoir recours à la violence.

L'Art de la Guerre de Sun Tzu enseigne à ce sujet que :

"La meilleure chose n'est pas de gagner cent victoires dans cent combats, mais plutôt de vaincre l'ennemi sans combattre".

Et si malheureusement la nécessité vous contraint d'être violent envers autrui, jaugez au mieux la situation pour adapter votre défense.

Il n'y aurait beaucoup à ajouter tant les situations peuvent être différentes mais il faudrait pour ça plusieurs livres et non pas un article.

Notez aussi que chaque individu a sa propre perception des événements et que l'aperçu donné ici de ce que peut impliquer une confrontation violente n'est qu'une analyse personnelle qu'il est bon de replacer dans le contexte propre à chaque situation envisageable.