Consulting En Sûreté

10 Minutes Pour Comprendre le Cold Reading...

...Et Des Années Pour Le Maitriser.
Avant d’espérer maitriser le cold reading, commençons par la première étape :


"Comprendre le Cold Reading en 10 minutes".

Je vais donc devoir faire court et aller à l'essentiel pour vous donner l'envie (ou vous dissuader) d'apprendre le Cold Reading dès la fin de cet article. 

Ce qui est sûr, c'est que vous ne maitriserez pas le Cold Reading après avoir lu cette page.

Le Cold Reading est une discipline tellement riche et complexe qu'il faut des années d'étude et de pratique pour la maitriser et qu'une grande partie de cet apprentissage passe par l’expérience sur le terrain.

Donc certainement pas sur un article sensé être lu en une dizaine de minutes...

Cependant pour bien commencer l'étude du Cold Reading, progresser dans la discipline et ne pas laisser tomber au bout de trois jours, il y a quelques notions de bases à connaitre pour mieux comprendre ce qu'est réellement le Cold Reading.


Je ne suis pas un expert en la matière, mais j'étudie à mon rythme le cold reading.

Le peu que je connaisse de cet art pourrait tenir dans les lignes ci-dessus, mais je vais tenter de développer un peu plus vu qu'il nous reste environ 9 minutes 30... 

Alors voyons point par point les grandes lignes de cet art pour mieux comprendre de quoi il s'agit.



- La définition du Cold Reading.

Bien sûr c'est la base !

Et bien que votre présence sur cette page implique que vous ayez déjà une petite idée de ce qu'est une lecture à froid (le Cold Reading), je vais quand même en remettre une couche par acquis de conscience.

Je vais par contre éviter de vos ressortir la définition wikipedia sur le sujet et je vais vous l'expliquer avec mes mots :

Le Cold Reading est l'art de déceler des indices sur un individu permettant par d'habiles manipulation de le pousser à dévoiler d'avantage d'informations, voir même en affinant la lecture, des faits précis le concernant.

Un Cold Reading (une lecture à froid) doit déboucher sur une série de déductions qu'il faut par la suite tenter de confirmer tout en éludant furtivement les erreurs commises.

Cet art est pratiqué entre autre par les escrocs, certains voyants, vendeurs et soyons bref, les enquêteurs en tout genre... 



- Le Cold Reading est une discipline difficile a pratiquer.

Ho que oui ! 

En tout cas au début ça l'est.

C'est même tellement difficile qu'il semble presque impossible à un débutant de pondre la moindre déduction plausible concernant un inconnu.

Bien sûr, avec quelques bases et une routine bien rôdé, il est tout à fait possible de pratiquer un cold reading dans un contexte familier.

Mais face à une situation particulière, une routine prend vite la flotte et ne sert pas à grand choses.

Les capacités d'adaptations du cold reader feront la différence et comme dit précédemment, c'est l’expérience qui renforce la maitrise de l'art. 

En cold reading, tout commence par de l'observation.

Mais cette observation doit nécessairement être suivi d'une interaction entre le cold reader et le sujet pour pouvoir utiliser les données visuelles collectées, provoquer des réactions et ainsi de suite jusqu'à l'affinage maximum de la lecture..

Je me souviens de mes premiers essais avec des inconnus, quand ne sachant pas comment aborder les "sujets", je ne faisait que demander l'heure, mon chemin et d'autre banalités à des passants avec pour seule résultats, une idée précise du temps qui passe et l'endroit ou je me trouvais...

Je n'avais concrètement qu'une l'analyse visuelle (et brève) de mes "cibles".

Évidemment, un mec avec de la peinture sur les mains est probablement peintre, un autre qui vomi dans le caniveau en titubant est probablement mort saoul et un bougre la face en sang c'est très certainement fait péter la gueule pour une cigarette ou un regard de travers (Profils courants à gare de l'est un samedi à 5 heure 30 du matin). 

Mais en ce qui concerne la lecture à froid des "messieurs et madame tout le monde", difficile sans raisons valables de les aborder, les retarder puis les scruter de haut en bas en les harcelant de questions.

Sans parler de la réticence naturelle (du moins au début) de devoir maladroitement tenter une lecture sur une personne lors d'une soirée ou un autre événement "social". 

Cette timidité et ce manque de savoir faire sont des obstacles de taille qu'il faut franchir avant d'être complétement écœuré par l’étude du Cold Reading.

Il n'y a pas de recette miracle pour devenir efficace en Cold Reading à part mettre les mains dans le cambouis quitte à faire des erreurs grossières.

Les erreurs font partie du jeu, elles doivent juste être géré au mieux pour passer inaperçu.

L'erreur est même un excellent moyen d'apprendre à condition d'en tirer les leçons qui en découlent et de remonter en selle avec pour objectif de faire mieux à chaque nouvel essai.

Mais oui, à moins d'être un Mozart en la matière, le Cold Reading est une discipline très difficile...
  

- Un Cold Reader ne lit pas dans les pensés.

Ou plutôt presque pas...

A en croire les émissions de télé et les séries sur le mentalisme ou le langage non verbale, on pourrait croire que les Cold Reader sont des sortes de Jedi qu'il ne faut surtout pas regarder dans les yeux pour ne pas ce faire tripoter le cerveau.

Si certains Cold Reader aiment amplifier le mythe (notamment dans le Cold Reading de spectacle) il est indéniable que les Cold Reader maitrisant cet art sont assez flippant en ce qui concerne leurs capacités à découvrir des choses qu'il ne sont pas sensés connaitre...

Mais comme je le suggère dans ma courte définition faite dans le premier point, il ne s'agit que de subterfuges, manipulations mentales et parfois physique (de la dextérité) associé à de grandes compétences analytique et une culture générale bien garnie qui permettent aux Cold Reader de vous "profiler" en quelques phrases et coups d’œils.

C'est en effet parfois impressionnant mais rien de surnaturelle.



- Un Cold Reader est une encyclopédie sur pattes.

On vient juste de le voir et c'est un fait :

Les maitres Cold Reader sont de véritables encyclopédie !

En plus des généralités sur le Cold Reading (qui sont essentiellement des principes et procédures) une immense culture générale est nécessaire pour une fine lecture à froid.

Quel peut être le rapport entre la physionomie, la psychologie, la géographie, la sociologie, la politique, les statistiques et les probabilités ?


Le Cold Reader qui utilise toutes ces connaissances dans son art !    

Je vous laisse chercher ce qui pourrait être ajouté à cette liste et en quoi ça peut être utile...



- Le Cold Reading n'est pas une discipline mais plusieurs mises à contribution.

On vient de voir qu'une quantité phénoménale de connaissances sont un atout majeur pour un cold reader passé maitre dans son art, mais le Cold Reading n'est pas que de la culture générale bien utilisé pour tirer des déductions à l'aide d'une analyse méthodique.

Le Cold Reading c'est aussi :

L'observation méticuleuse du sujet dans un contexte précis, l'analyse du langage non verbale et aussi de la programmation neuro-linguistique (PNL) bien utilisé pour amener le sujet là ou l'on veut et "le faire parler". 
 

- Le Cold Reading s'étudie et s'applique en toutes circonstances.

C'est le bon côté du Cold Reading (hors mis l'inestimable avantages de pouvoir l'utiliser efficacement).

On peut apprendre le Cold Reading et le mettre en pratique en toute circonstances.

Les livres et formations dans les domaines directement liés à cet art sont essentielles.

Mais apprendre le Cold Reading se fait pour beaucoup avec la pratique.

"C'est en forgeant que l'on devient..." vous connaissez la suite...

En famille, en couple, sur votre lieu de travail (voir même dans le cadre d'une profession), dans les transports en communs, dans la rue, au restaurant ou au café, en regardant le JT, des reportages ou des téléréalités (pour une fois que ça sert à quelques chose...), en soirée avec des potes et même de façon un peu différente mais tout aussi instructive :

Sur les réseaux sociaux, les forums et les sites de rencontres (Internet en générale)... 

Toutes ces situations sont bonnes pour étudier le Cold Reading alors ne vous privez pas c'est gratuit !



- La pratique est indispensable à l'apprentissage du cold reading.

Une fois les bases bien assimilées, il faut faire ses armes.

Comme pour tout me direz-vous... Et vous avez raison !

Mais c'est encore plus vrais avec le Cold Reading.

C'est assez simple d'essayer les procédures classiques du Cold Reading sur des personnes que l'on connait parfaitement (quoique des fois...) et c'est une étape incontournable, mais le baptême de feu se fait évidemment lors du premier test de lecture à froid sur un inconnu.

Quoi qu'il en soit, si vous avez étudié toutes sortes de théories sur le Cold Reading, vous devez tôt ou tard passer à la pratique si vous voulez devenir bon. 

Et devenir bon en cold reading, ça prend du temps...
 

- La pratique c'est aussi la clé de la maitrise.

Pratiquez, pratiquez et pratiquez encore...

Une fois de plus, à moins d'être un Mozart du Cold Reading, vous devrez vous entrainer quotidiennement si vous voulez atteindre un excellent niveau en Cold Reading.

N'imaginez pas devenir "The Mentalist" en regardant toutes les saisons de la série ni même en suivant une formation (même de qualité) sur internet ou ailleurs.

Par contre avec des bonnes bases (que vous n'apprendrez pas non plus dans la série "The Mentalist"), vous pourrez vite vous mettre à la pratique pour vous confronter à la réalité sur le Cold Reading.

Vous allez vous planter des centaines de fois, peut être même vous mettre dans l'embarras mais vous serez tellement fier d'avoir eu l'audace, le courage, la patience et la ténacité d'aller au bout de votre passion pour le Cold Reading et tout ce qui s'y rapporte que vous ne baiserez pas les bras et continuerez votre apprentissage et votre pratique avec toujours plus de précision.  
 

- Même les "Maitres" Cold Reader peuvent se planter.

On fait tous des erreurs et même les pros peuvent se planter quelques soit le domaine.

Qui n'a jamais eu l'occasion de voir son patron dire ou faire une connerie devant tous ses employés ?

J'ai du bosser dans plus d'une dizaines de boites différentes et j'ai quasiment eu dans chacune d'entre elles le fabuleux spectacle d'un boss rougissant de honte après une erreur commise (et parfois des belles voir même des dangereuses...

Bref, les erreurs et les échecs ça fait partie de la vie, l'essentiel c'est d'être apte à reconnaitre que l'on à fait une erreur en l'identifiant clairement, la rattraper pour en amoindrir l'impact, en tirer les leçons qu'il faut pour ne pas refaire la même connerie et remonter en selle pour continuer à progresser.



- Assurez-vous d'avoir compris les 9 points précédents...

Bon, l'article s'appelle "10 Minutes Pour Comprendre le Cold Reading" Mais il aurait tout aussi bien pu s'appeler "10 Points Pour Comprendre le Cold Reading" parce-qu'a ce stade certains n'ont peut être rien compris à ma façon chaotique de rédiger un texte et il vont devoir prendre une demi heure si il font parti des vaillants lecteurs motivés qui n'ont pas encore fermé la page...

Donc si vous êtes encore là et que vous n'êtes pas sûr d'avoir tout compris, relisez tout depuis le début et si je ne vous ai pas dégouté à tout jamais du Cold Reading, vous pourrez passer au choses sérieuses et vous former au Cold Reading par tout les moyens à votre disposition.

Assurez-vous juste d'avoir compris l'essentielle de ce qui est décrit sur cette page avant d'aller plus loin.

Lire aussi l'article : "Pourquoi Étudier le "Social Engineering" ?