Consulting En Sûreté

La Question de L'Eau en Survie et Survivalisme (Partie 1)




L'eau est l'élément à la source de la vie, ce premier point est clairement mentionné dans les règles de trois de la survie.

Il y est précisé que l'homme ne peut pas survivre plus de trois jours sans eau potable.

Je dis bien potable, car de l'eau contaminée tuera parfois plus vite que le manque d'eau lui-même.

Dans cet article sur le sujet de la survie et du survivalisme, je vais tenter d'exposer le plus clairement possible les moyens de pourvoir aux besoins humains en eau en situation de survie dans la nature ou en cas d'effondrement sociétale en ville comme à la campagne.

Les personnes ayant la chance de vivre à proximité d'une source d'eau, d'une rivière salubre ou d'un puits peuvent se passer de ce que contient cette page, mais il serait bien avisé pour qui que ce soit de non informé, de lire ce qui va suivre pour être plus à même de survivre en toutes circonstances.

Du moins en ce qui concerne l’approvisionnement en eau dans cet article...

Comme nous venons de le voir, un homme ne peut pas survivre sans boire d'eau plus de trois jours dans des conditions "normales".

Ces trois jours peuvent être réduit à beaucoup moins en cas de très forte chaleur, d'effort intense et de maladie causant une déshydratation.

L'importance de ne pas boire d'eau non filtré et purifié est très clair au vu de ce dernier point.

Se vider d'un litre d'eau en la chiant et en la dégueulant après en avoir bu qu'une gorgé dans un étang n'est pas vraiment "rentable".

Ce qui peut paraitre évident pour certains à cette heure-ci (ne pas boire directement l'eau d'une eau stagnante), le sera certainement moins pour une personne désorienté par la fatigue, la peur, la faim et une soif de deux jours...

En situation de survie, la réflexion prime sur tout.

La réflexion commence ici en ce qui concerne l'élément vital qu'est l'eau.

Voyons dans un premier temps  les sources d'eau disponibles en diverses circonstances :

Notez qu'il est question de purification systématique dans les propositions qui suivent.

La raison est que pour mettre toutes les chances de votre côté en situation de survie, vous devrez absolument éviter de tomber malade.

L'hygiène et l'ingestion d'eau et d'aliments non contaminé est indispensable.

Nous verrons les différents moyens de purification en détail en fin d'article mais je mentionnerais rapidement la purification dans les propositions de sources d'approvisionnement.
 



- Les commerces et les robinets

Non je ne me fou pas de vous, pour vous approvisionner en eau dans l'optique d'une situation de survie, vous devrez d'abord penser à stocker de l'eau comme nous allons le voir plus bas.

Les commerces et les robinets sont donc vos sources d'approvisionnement en eau prioritaires.

Sans tomber dans l'incitation au pillage et à la dégradation de biens publics, les mêmes commerces seront pris d'assaut au dernier moment avant le chaos par des bandes de pillards.

Les canalisations quant à elles seront vidangé par le rez de chaussé ou le sous-sol quand les pompes n'alimenterons plus les châteaux d'eau.

Vous pourrez découvrir quelques véritables secrets d'approvisionnement dans "le guide secret de l'eau en situation de survie"



- L'eau de pluie 

Récupéré depuis une gouttière ou depuis votre balcon à l'aide d'une large bâche propre jusqu'à un réservoir adapté, l'eau de pluie pourra vous fournir de grandes quantités d'eau selon la pluviométrie de votre "lieux de survie" et la surface de réception de votre système de récupération d'eau pluviale.

(Purifiez l'eau venant des toitures et autres surfaces exposées à la saleté et évitez l'eau venant de surfaces et toitures plombées, goudronnées et peintes).

Cette eau est relativement pure suivant votre zone géographique et les conditions extérieurs comme la présence de particules radioactives, chimiques toxiques, d'agents infectieux ou de virus.

C'est le cas lors d'attaque N.B.C ou d'accidents industriels.

Si vous êtes sûr de la propreté de cette eau, vous pourrez y ajouter quelques minéraux avant de la boire pour que votre organisme la tolère mieux.

L'eau distillée est une eau complétement déminéralisée.

Ajoutez-y une petite pincée de sel, d'argile propre ou de craie pour un litre d'eau. 

Au pire, essayez de la boire en mangeant.

L'eau de pluie peut également se récupérer dans diverses cuvettes naturelles ou aménagé à cet effet. 

Le milieu urbain est également truffé de bac et reversoirs en tout genre qui débordent d'eau à chaque averse.

L'eau de pluie récupérée dans ce type de reversoirs devra être purifiée avant d'être bu.

Évitez les bidons, seaux et bouteilles aillant contenus des produits chimiques.


- La neige et la glace

Même chose que pour la pluie, sauf qu'il ne faut absolument pas manger de glaçons ou de neige directement pour ne pas risquer l'hypothermie.

Vous devrez la faire fondre avant de la consommer et si possible une petite purification est la bienvenu.

La neige au sol ou sur les toitures peut être souillée par des déjections d'animaux.  



- Les fontaines et les bassins d’agréments

Nous allons passer en revue plusieurs sources d'approvisionnement en eau dont beaucoup sont impropre à la consommation, voire carrément dégueulasse.

Mais les moyens de filtrage et de purification de l'eau que nous allons aborder par la suite permettront de rendre ces eaux salubres pour vous hydrater au mieux.

Les fontaines et les bassins d’agréments font partie des sources d'approvisionnement en eau qu'il ne faut pas négliger.

Vous vous doutez bien du type de matériel pouvant être utile à la récupération de l'eau, mais nous verrons ça en détail plus loin dans cet article.

- Les piscines publiques et privées

L'eau y est probablement chlorée mais elle peut être rendu buvable en la faisant bouillir durant une heure après une filtration à travers un linge de coton propre.

Le chlore contenu dans l'eau s'évaporera à la chaleur.

Cette source d'approvisionnement offre une quantité importante d'eau pour une longue période !


- Les lacs, les étangs, les marres, les flaques et les bassins de rétentions d'eaux pluviales

Ce sont des eaux stagnantes imbuvables sans traitement.

Mais une filtration fine suivi d'une stérilisation à plus de 100° et pour couronner le tout quelques gouttes de javel sans parfum vous permettrons de ne pas crever de soif tout de suite.

Soyez attentif à la pollution pouvant s'y trouver.


- Les fleuves, les rivières et les canaux

L'eau y est imbuvable sans traitement et la pollution est certainement passée par là.

Renseignez-vous sur la qualité de l'eau que vous envisagez de boire en cas de coup dur.

Évitez d'en consommer même après traitement si de nombreuses usines bordent le cours d'eau que vous convoitez pour étancher votre soif.

Si un nombre anormal de poissons crevés y flottent ou si des reflets arc-en-ciel sont visibles à sa surface, c'est que la mort y a trempé son doigt.

La couleur ou l'odeur chimique de l'eau peut aussi vous renseigner.

La présence de substance mousseuse est aussi un bon indicateur du risque d'intoxication en cas d'ingestion. 

Dans la majorité des cas, l'eau d'un cours d'eau est "normalement" plus pur à sa source et de moins en moins au fur et à mesure que l'on s'en éloigne.

Si rien ne semble indiquer une quelconque trace de pollution, une filtration grossière dans un premier temps suivi d'une longue ébullition puis une filtration fine avant une petite désinfection au chlore vous assurerons au moins la destruction d'une grosse partie des micro organisme pathogènes présent. 


- L'eau de mer

Ne comptez pas dessaler de l'eau de mer autrement qu'en la distillant.

C'est un processus long avant d'obtenir une quantité suffisante d'eau mais c'est un moyen sûr d’obtenir une eau très pure

Les autres solutions sont couteuses et difficile d’accès donc à oublier en ce qui concerne le thème de cette page. 

Nous verrons les moyens de distillation de l'eau plus bas dans cet article.


- Les nappes phréatiques 

Difficiles, voire impossibles d’accès car souterraines, la nappe phréatique est pourtant une solution envisageable pour un survivaliste.

J'explique cette option d'accès à l'eau dans "le guide secret de l'eau en situation de survie".


- Les évacuations d'eau souterraines.

Pas les égouts (même si ça peut être la ressource en eau de la dernière chance après une purification extrême) , mais les écoulements d'eaux pluviales souterrains.

Il s'agit ici encore de récupérer de l'eau de pluie mais par le biais de canalisation de drainage.

Cette solution de survie urbaine offre un afflux massif d'eau en cas d'averse même légère.

Le seul problème de cette solution est le ramassage obligatoire de toutes les merdes au passage de l'eau.

Cette solution est pourtant "optimisable" pour récupérer une eau assez propre en très grosse quantité.

Un traitement supplémentaire permettra de la rendre le plus potable possible.

Les infos complètes sur cette technique de récupération d'eau sont ici : 

"le guide secret de l'eau en situation de survie"


- Les catacombes

En cas de fortes pluies, les catacombes se remplissent d'eau par endroits.

Ces énormes quantités d'eau doivent absolument être traitées avant d'être consommées.

Si l'accès aux catacombes est interdit est particulièrement dangereux surtout lorsqu'elles sont inondées, il est quand même bien utile de savoir que de l'eau en abondance est disponible sous les pieds des Parisiens et probablement de tous ceux qui vivent au-dessus d'anciennes carrières souterraines. 

Oui, je sais, à Paris il y a la Seine alors pourquoi se faire chier en sous-sol ?

Un article du site Deadlymotion parle des catacombes Parisienne.

Vous y trouverez des éléments de réponse à cette question. 


- Les reversoirs des toilettes

Dis comme ça, ça donne pas envie du tout, mais le réservoir des chiottes (la chasse d'eau) n'est jamais en contact avec la cuvette.

Vous y trouverez entre 5 et 10 litres d'eau qu'il faudra purifier quand même.


- Les ballons d'eau chaude

En vidangeant tous les ballons d'eau chaude des maisons et appartements désertés à cause du chaos qui règnerait suite à un effondrement de la société, vous pourrez survivre encore quelques semaines sans mourir de soif.



- L'eau contenue dans la terre, les feuilles, le sable et toutes matières naturelles humides.

Recycler de l'eau et la récupérer à partir de n’importe-quelle matière gorgé d'eau est une véritable "corne d'abondance hydrique" pour qui est un peu bricoleur.

En vous procurant dans le commerce, en fabricant ou en improvisant un distillateur solaire, vous aurez de quoi vous hydrater au quotidien à partir de presque rien à condition que la température de l'air ambiant ne soit pas trop basse. 


- Les fruits, légumes et plantes comestibles 

Nous sommes bien d'accord il s'agit là de nourriture, mais les végétaux sont naturellement riche en eau.

Donc faute de pouvoir récolter le précieux liquide, vous pourrez compenser ce manque d'eau d'hydratation en mangeant de grandes quantités de fruits, légumes et plantes comestibles.

La digestion étant une fonction du corps qui consomme beaucoup d'eau, privilégiez les végétaux le plus gorgés d'eau possible en prenant soin d'éviter ceux aux propriétés laxatives. 

Je m'arrête là pour le moment. 

Vous pourrez retrouvez d'autres sources d'approvisionnement surprenantes dans le guide sur l'eau pour la survie.


Voyons maintenant quel vont êtres les premières ressources en eau que vous consommerez en situation de survie :


- Les stocks d'eau

Le stockage est une des bases de tout plan de survie !

Parlons dans un premier temps de l'eau que vous aurez stocké chez vous dans des bouteilles, des jerricans et tous autres réservoirs prévus pour contenir de l'eau de boisson.

Le stockage d'eau à votre domicile est une mesure de prévention en cas de crise majeur nécessitant un confinement à l'abri chez vous :

Émeutes, pandémie mortelle, accident industriel, menaces d'origine humaine diverses, guerre civile, effondrement sociétale... 

Ce stock d'eau doit évidemment être constitué d'avance pour ne pas être pris au dépourvu les premiers jours ou le chaos s'installe

Prévoyez donc l'achat de pack d'eau, de bombonnes et de réservoirs de type Jerrican pour eau de boisson.

Pour ce qui est du remplissage des Jerricans et autres reversoirs rebouchables prévus pour le stockage, vous utiliserez de l'eau potable que vous purifierez avec quelques gouttes de javel sans parfum ou des gouttes de chlore spécialement conçu pour purifier de l'eau.

Vous ferez des rotations de vos stocks tous les 6 mois en consommant et en remplaçant au fur et à mesure votre eau.

La déshydratation étant un risque lié à la survie, le stockage de l'eau de boisson doit évidemment être votre priorité (dans le meilleur des cas vous ne survivrez que trois jours sans eau).

Mais l'hygiène étant à prendre en considération, le calcule de son volume de stockage doit être pris en compte.

La quantité d'eau nécessaire à l'hygiène devra être d'au moins 2 litres par jour et par personne.

Ce qui fait pour l'hygiène un total de :

- 60 Litres d'eau par personne pour 30 jours 

Cette énorme quantité d'eau à stocker uniquement pour l'hygiène doit en surprendre plus d'un (du moins en ce qui concerne une situation de restriction pour votre survie).

Cette quantité d'eau est pourtant souvent considéré comme insuffisante.

Et c'est vrais, c'est une quantité très limitée.

Je ne détail pas sur cette page le sujet de l'eau nécessaire à l'hygiène.

Tout est précisé dans "Le guide secret de l'eau en situation de survie". 

Je vous y explique comment économiser une quantité maximale d'eau sans pour autant devoir se passer d'une hygiène optimale.

Ce sont des méthodes précises, contraignantes, tiré au plus bas de ce qu'il est possible de restreindre en eau mais l'hygiène est bien présente même s'il ne s'agit que d'une "hygiène de survie"

Concentrons nous alors sur l'eau de boisson.

L'eau de boisson pour une personne doit être d'un litre et demi par jour.

Cette quantité d'eau est calculée pour un homme d'environ 75 Kilos pour 1 Mètre 70 en condition climatique tempéré et pour une activité physique limité.

Elle inclut l'eau nécessaire à la cuisson des aliments à condition d'utiliser la méthode de la cuisson au thermos présenté sur ce lien et de boire l'eau de cuisson comme un bouillon.

Le minimum que je conseil étant de stocker un mois d'eau de boisson, la quantité d'eau minimum à avoir sera de :

- 45 Litres d'eau pour une personne pendant 30 jours. 

Si vous devez rester confiné chez vous durant un mois, 105 Litres d'eau stockés par personnes devraient suffire à l'hygiène et à l'hydratation.

Le stock d'eau fait aussi référence ici à la quantité d'eau que vous emporterez avec vous lors d'une longue randonné ou lors d'une évacuation de votre domicile.

Cette quantité d'eau devrait dans le meilleur des cas vous permettre de tenir trois jours.

Soit :

- 4 Litre et demi d'eau (3 bouteilles de 1 Litre et demi)

Trimbaler presque 5 Kilos qui s'ajoutent au reste de votre matériel, c'est physique, mais c'est aussi ça la survie ! 

Votre B.O.B (sac d'évacuation de 72 heures) ou votre sac de rando devront également contenir d'autres accessoires relatifs à l'approvisionnement en eau en plus de ces 4,5 Litres de flotte en gourde ou en bouteilles.

Ces accessoires et l'eau resteront dans le Bug Out Bag (le B.O.B) la plupart du temps pour être sûr de les emporter en cas d'évacuation. 

Transférez ce dont vous avez besoin du Bug Out Bag au sac de rando ou sac de voyage pour un déplacement ponctuel et pensez à tout remettre en place une fois rentré chez vous. 


Si vous avez la chance de posséder certains de ces accessoires en double tant mieux, vous pouvez donc les ranger dans un endroits stratégique pour pouvoir en profiter le moment venu.

Rendez-vous sur l'article sur le B.O.B (sac d'évacuation 72 heures) pour connaitre tout ce qu'il devrait idéalement contenir.

Vous pourrez constater dans cette liste, que la plupart des objets contenus dans un B.O.B peuvent avoir une utilité inattendue dans le cadre d'un approvisionnement en eau.

Voilà pourquoi le choix de tout type d'équipement doit se faire sur la base d'une grande polyvalence dans ses possibilités utilisation, quitte à détourner l'objet de sa fonction première. 


Voyons ensemble le type de matériel relatif à l'eau que vous devrez emporter en cas d'évacuation ou de déplacements divers avec le risque de vous retrouver isolé durant une période d'environ 3 jours :


- 3 bouteilles en plastique de 1,5 Litre

Juste pour préciser que ces 4,5 Litre de réserve d'eau en bouteille dans votre B.O.B présenteront l'avantage d'ajouter trois réservoirs réutilisables. 

Ces bouteilles pourront aussi être convertis en entonnoirs et autres accessoires de récupération d'eau en étant astucieux. 

Les bouteilles transparentes permettent également de purifier une eau douteuse grâce à la méthode SODIS que nous verrons en détails dans quelques instants...  


- Une gourde en Inox d'un Litre

Une gourde en inox est un contenant d'eau solide, durable et polyvalent qui pourra être chauffé pour faire bouillir de l'eau.

Choisissez cette gourde avec un goulot large pour permettre un remplissage plus facile.

Vous pouvez la préparer dans votre sac en la remplissant d'eau à l'avance (en plus des 4,5 Litres) ou en y rangeant provisoirement d'autres objets pour gagner de la place.


- Gamelles de type M 52

Ces gamelles emboitées par 3 sont destinés à chauffer la nourriture et manger dedans.

Les gamelles sont incontournables dans votre équipement (à avoir dans votre B.O.B).

Elles peuvent être étalées en divers endroits bien choisis pour récolter de l'eau de pluie ou de ruissellement.  

Elles permettront aussi de faire bouillir de petite quantité d'eau rapidement. 

Toutes sortes de gamelles et popotes peuvent avoir le même usage mais j'ai personnellement choisis le kit M 52.


- Un seau pliant  

Pour à peine 200 Grammes et un encombrement minime, un seau pliant d'une contenance de 10 Litres équipé d'une anse est un accessoire très intéressant à avoir avec sois pour récupérer et transporter une grosse quantité d'eau si l'occasion se présente.

Il pourra également servir de sac d'appoint en cas de besoins. 



- De la bâche de type Polyane

5x3 Mètres plié, roulé et attaché le long de votre B.O.B vous permettrons de récolter de l'eau sur plus de 10 Mètres carré de surface en cas de pluie.

Vous pourrez également en utiliser plusieurs petites surfaces pour élaborer un distillateur solaire de fortune (vos gamelles seront d'une grande utilité pour ça aussi) 

En creusant une cuvette dans la terre et en tapissant le fond du trou de film Polyane, vous pourrez également récupérer de l'eau de pluie. 

Nous verrons en détail le principe et la fabrication du distillateur solaire plus bas.

Ce film Polyane aura évidemment beaucoup d'autres utilités comme notamment vous permettre la construction d'un abri étanche.


- 1 foulard en coton de type Bandana

Un Bandana est très utile pour un pré filtrage de l'eau et la fabrication d'un filtre plus élaboré.

Toutes pièces de tissus en coton fera le même effet mais le côté pratique du Bandana en fait un accessoire classique à avoir sur soi. 


- Un SteriPen

C'est un purificateur d'eau très efficace qui présente de nombreux avantages mais aussi quelques inconvénients, à commencer par son prix assez élevé.

J'y reviens dans la suite de l'article consacré à la purification de l'eau. 


- Une paille filtrante de qualité

Parce-que toutes les pailles filtrantes ne se valent pas, choisissez en une de qualité.

Nous reviendrons en détails sur les pailles filtrante dans la partie sur la purification de l'eau.


- Des pastilles Micro pur   

Il s'agit de pastilles à dissoudre dans de l'eau qui permet au bout d'une demi heure de boire une eau de récupération sans tomber malade.

Nous y reviendrons aussi dans la partie sur la purification de l'eau.


- 1,5 Mètre de tubulure flexible

Utile pour divers usages, la tubulure permet essentiellement de siphonner l'eau là ou elle ne peut pas être accessible autrement.

Les autres façons d'utiliser les tubulures sont détaillés dans l'article sur le B.O.B. 


- 10 Mètres de paracorde 

La paracorde est abordée en long, en large et en travers dans l'article "Paracorde 550"
  
Dans le cadre de la récolte d'eau, elle sera utile en cas d'impossibilité de puiser à une source d'eau en contrebas.

Il suffira alors de relier votre seau pliant, votre gourde ou tout autre cuvette à la longueur de paracorde nécessaire et de remonter de l'eau depuis une berge surélevé, un pont, ou dans un vieux puits sans système de puisage.

Le guide secret de l'eau en situation de survie vous apprendra un système ingénieux et simplissime à mettre en œuvre pour récupérer de l'eau avec de la paracorde.



- Machette, couteau et cutter

Ce sont les trois types de lames qui équipent mon B.O.B.

En quoi peuvent-elles me servir à la récupération de l'eau ? 

N'ayant pas choisi de m'équiper d'une pelle dans mon B.O.B pour le moment, j'y ai préféré la machette Kukri de chez Cold Steel.

Sa large et solide lame me permet de retourner facilement de la terre même très compacte et sèche.

Creuser avec n'est pas aussi rapide qu'avec une pelle, mais avec un peu d'entrainement pour s'y habituer, cela deviens très facile.

La création de cuvette de récupération d'eau est donc facilitée par cet outil.

La machette permet aussi en milieux urbain d'entailler profondément certaines tuyauterie pour y puiser de l'eau résiduelle quand on a pas d'autres outils spécifique.

Percer un gros réservoir dont l'eau contenue serait inaccessible autrement sera également facilité par cette machette.

Elle permet de débiter de petites sections de bois utile au feu qui fera bouillir de l'eau pour la purifier et en zone tropicale et subtropicale, elle sera très utile pour ouvrir cactus, noix de coco et liane contenant de l'eau.

Accéder à une rive envahie de roseaux sera facilité par un débroussaillage à la machette.

Elle aidera éventuellement à dissuader quiconque tenterais de s'approprier vos réserves d'eau durement récolté mais ça c'est une autre histoire...  

Le couteau et le cutter sont eux aussi des outils très polyvalent qui seront très utile pour découper avec aisance bouteilles et bidon en plastique à disposer le long d'un pan de bâche lors d'une averse.

Je détails mon choix personnelle de couteau et cutter dans l'article parlant du B.O.B.


Voilà pour ce qui est du matériel transportable dans un sac de randonné ou un B.O.B dans le cadre de l'hydratation en survie. 

Pour lire la deuxième partie de cet article sur "la question de l'eau en situation de survie",
Cliquez ici