Consulting En Sûreté

Les 7 Règles de 3 en Survie


La règle de 3 en survie est une règle de base (plus précisément 7 règles) dont il faut tenir compte en situation critique pour optimiser ses chances de survivre.

Cette règle initialement créé par Ron Hood, est connu de tous les "spécialiste" en survie, survivalisme et bushcraft.

La règle de 3 a fait le tour du web est a été enrichie de quelques points clés par David Manise.

A la base de cette règle de 3 enrichie, il était question de quatre points seulement.

Ces points faisaient respectivement références au manque :

- D'oxygène

- D'abri

- D'eau

- De nourriture

Si vous n'avez jamais entendu parler de cette règle de trois de la survie, vous devez vous dire :

"Mais y'a quatre règles !"

Oui, et on va même en rajouter quelques unes mais pas de panique, je vais tout vous expliquer.

Cette règle de trois, ou plutôt ces 7 règles de 3 sont classés dans un ordre de priorité lié au temps de survie disponible en cas de privation de chacun des points cités.

Il se trouve que par un fabuleux hasard, dame nature nous ai donnée comme repère le chiffre 3 pour nous aider à ne pas oublier ces règles fondamentales de la survie

Vous pourriez croire que ma tournure de phrase laisse ressortir quelques doutes concernant le bien fondé de ces règles, mais pas du tout !

Les 7 règles de trois de la survie sont INDISPENSABLES


La simplicité de mémorisation des règles de 3 est parfaitement adapté à une situation de survie où le stress induit et la panique anéantissent toutes capacités de réflexion.

Car même si ces règles doivent être appliquées comme des automatismes, s'en souvenir en cas de besoin doit être simple et rapide.

D’où la très pertinente première règle :

 
- 3 Secondes sans attention

Peut être vous êtes vous déjà trouvé dans une situation d'urgence ou votre survie dépendait d'un temps précieux et ou il fallait trouver une solution rapidement pour ne pas passer de vie à trépas ?

Si c'est le cas vous savez à quel point la prise de bonne décision est crucial en situation de survie.

Si le temps ne joue pas contre vous, vous devrez prendre le temps de réfléchir à la meilleure solution pour vous tirer d'affaire sans relâcher votre attention car il suffira de très peu de temps pour qu'une erreur fatale ne vienne foutre un peu plus la merde.

Et dans le même ordre d'idée, vous devrez parfois prendre une décision rapidement et dans certains cas, même 3 seconde c'est du luxe.

Je vous mets quelques exemples à la volé pour le plaisir puis on passe à la suite :

  • Combat de rue au corps à corps : Seuls ses réflexes acquis à l'entrainement feront la différences, il n'aura à aucun moment le temps d'intellectualiser une attaque, une esquive ou une riposte et si toutefois c'était possible, il aura moins de 3 secondes pour y réfléchir et agir.
  • Un départ de feu au bureau : Ou est l'extincteur ? ... Trop tard... Ou est la sortie de secours ? ... Trop tard... Ou sont les pompiers bordel !? Espérons qu'ils n'arrivent pas trop tard...
  • Tailler une branche en pointes pour pêcher : Heureusement que John a son "fantastiko" un couteau de survie à 899 euros et 99centimes et qu'est ce qu'il coupe bien ! Il se met dans une posture viril, branche en appuie contre sa hanche et il taille profondément le bois pour se faire une lance. Flute alors ! la lame est partie d'un coup sec et à terminé sa course à l’intérieur de sa cuisse. Il aurait fallu réfléchir 3 secondes... C'est à peu près le temps que l'artère fémorale va mettre à vidanger de quoi le faire tomber dans les vapes...Avant de mourir...

  • Perdu en montagne à 30 minute à pied de la route : Il marche dans la bonne direction mais la nuit va tomber puis il se dit : "Et si je prend ce raccourcis dans cette pente abrupte et rocailleuse je devrais gagner dix minutes". Manque de chance son pied glisse sur une pierre qui se déplace sous son poids et il se ramasse lamentablement la face sur le granite. Il aurait dû y penser à deux fois... Il va être en retard pour le diner...
  • Entrainement au déplacement en zone urbaine : "Big boules" simule une situation de crise en ville ou il doit parcourir un itinéraire sécurisé de nuit. Il s’apprête à franchir la grille de la résidence de son pote, il se déplace furtivement jusqu’à la gouttière longeant les balcons. Il entame une ascension digne des commandos les plus performants, arrivé au cinquième étage (le balcon de son pote), il le vois chrono en main et il lui dit fièrement "record battu" !  Grisé par cet exploit, un épisode de man vs wild lui revient en tête et il tente le flip arrière à la bear grills... Big boules se pète la nuque sur le sol du balcon...

Moralité :

Le cerveau c'est mieux quand il est dans la boite crânienne.

Même sans aller chercher des scenarios comme ceux que vous venez de lire, une simple entorse dans certaines circonstances vous empêchera de : 

- Vous construire ou trouver un bon abri

- Chercher votre eau et votre nourriture 

- Vous défendre efficacement

- Rejoindre la civilisation

- Conduire une voiture...

Tout comme une petite coupure risquerait de s'infecter et de vous faire gouter aux joies de la septicémie.

La prudence est de rigueur en toute circonstance, l'action ne va pas sans la self protection !


Le deuxième point de ces règles de trois concerne l'air que nous respirons.

La aussi, certains peuvent à première vu penser que c'est très con de se retenir de respirer plus de trois minute quand on chasse le lapin (et en effet c'est très con)

Mais nous allons démontrer assez rapidement que l'air ambiant peu vite devenir une denrée rare dans certaines circonstances :

- 3 minutes sans air

L'oxygène de l'air est vital pour nous ce n'est pas un scoop.

Il n’empêche que la plupart des gens respirent comme si l'air ambiant puait la merde (c'est parfois le cas mais bon...)

L'importance de bien oxygéner son corps est sous estimé et c'est pourtant une des clés d'une santé optimale.

Hors mis en cas d'activité physique intense, le manque d'oxygène en situation de survie (et même au quotidien) n'est pas évident à mettre en lumière.

En cherchant un peu, on peu citer plusieurs exemples de situation de survie ou même parfois des scènes du quotidien ou le risque de mourir asphyxié est bien réel.

Voici quelques exemples : 


- L'Étouffement durant la déglutition ou autre (suffocation)

Cet accident peut arriver n'importe quand, n'importe où et à n'importe qui.

Si rien n'est fait pour empêcher un étouffement, le pronostique est le même pour tous le monde dans 100% des cas :

La mort.

La suffocation est un accident mortel malheureusement très courant (3000 morts par ans en France

Cette statistique prouve qu'il n'est pas nécessaire d'attendre un cataclysme pour voir arriver un drame.

En cas d'étouffement, il va donc falloir survivre, vous avez trois minutes... 
(parfois moins)

En cas d’étouffement par un corps étranger, la méthode Hemlich permet de dégager les voies respiratoires de la victime et ainsi lui sauver la vie. 

Les très jeunes enfants devront être penché en avant, buste incliné vers le bas et une ou plusieurs tapes ferme entre les omoplates devrait suffire à expulser le corps étranger.

La même procédure devra être mise en œuvre pour les femmes enceintes pour qui la méthode Hemlich serait difficile à mettre en pratique et risqué pour le fœtus. 

Si vous êtes seul et que vous vous étouffez à cause d'un corps étranger qui obstrue vos voies respiratoires , vous devriez vous mettre à genoux, le buste perpendiculaire au sol mains en appuis devant vous (à quatre patte en faite...). 

Une fois en position, vous devrez brusquement tendre les jambes et les bras simultanément pour vous laisser heurter le sol avec votre poitrine (pensez à éviter de taper le carrelage avec les dent)

Renouvelez l'opération jusqu'à ce que le corps étranger soit expulsé. 

Et une femme enceinte seule, elle fait quoi ?

Elle pourra essayé de faire plus ou moins la même chose mais en heurtant le sol ou une parois avec la partie dorsale du buste.

Je ne pense pas qu'une autre méthode permette d'expulser un corps étranger pour une femme enceinte seule chez elle.

Donc même si le petit être risque de ne pas apprécier l'onde de choc, il remerciera sa maman plus tard d'avoir pu retrouver son souffle grâce à cette méthode.

Hors mis la prudence pour éviter l'accident, il n'y a pas 36000 autres solutions.

Une fois que les voies respiratoires sont dégagés et que la victime s'est remise a respirer, faite la se mettre en position semi assise en la calmant.

Même une fois la victime tiré d'affaire, n’hésitez pas à l'emmener aux urgences si c'est possible pour s'assurer que l’étouffement et le procédure d'expulsion du corps étranger n'ai pas causé de blessures ou séquelles.


- Le monoxyde de carbone

Le feu d'une cheminé ou un chauffage d'appoint à combustible dans un local (ou sous une tenture) mal ventilé vous exposera aux monoxyde de carbone, un gaz inodore et incolore qui en France tue environ 300 personnes et en asphyxie Pres de 6000 par ans. 

Le nombre de morts seraient considérablement multiplié si un effondrement sociétale mettait un terme au confort moderne que nous connaissons. 

(Réchaud et foyer de fortune dans les appartements, panne de VMC, cheminé mal entretenus)...


- Œdème de la gorge suite à une piqure d'abeille ou une réaction allergique.

La gorge gonfle et l'air ne passe plus...

Une cueillette qui tourne mal en situation de survie peut tout simplement être dû à une allergie dont vous ignoriez l’existence ou une piqure d'insecte.

Un œdème de la gorge peut également survenir en cas d’abcès dentaire ou d'infection de la sphère ORL. 

En situation de survie, une dentition dégradé peut entrainer de nombreuses complications difficile voir impossible à soigner.


- La nage et la plongé

Les déplacements et actions en milieux aquatique est un sujet qui mérite une place tout à lui sur le site.

Je ne vais pas vous tartiner toutes les situations pouvant vous mener à faire trempette, retenez juste que vous n'êtes pas un poisson et qu'en situation de survie, le stress et autres paramètres dégradés ne vous permettrons pas d'être aussi bon nageur que quand vous êtes à la piscine le dimanche matin.

L’effort physique lié à la nage est un grand consommateur d'oxygène donc à moins d'être mi homme mi dauphin, vous devrez probablement revoir à la baisse les 3 minutes offertes par le titre.

Que ça soit pour échapper à une fusillade, secourir quelqu'un, franchir un point d'eau, vous cacher sous la surface, rechercher un objet qui aurait couler, pêcher, survivre à un naufrage ou approcher furtivement d'une berge, tenez toujours compte du temps que vous pouvez vous permettre de passer en apnée.

Il est bon à ce stade là de faire un petit rappel sur les 3 secondes d'inattention que nous avons vu plus haut. 

Elle sont en première position car indispensables en permanences.

 
- Les gaz lacrymogènes

Il ne sont pas mortels quand il sont utilisés normalement mais une saturation des voies respiratoire par du CS lors d'une agression peut tuer très rapidement.

J'ai encore en mémoire l'histoire d'une personne qui c'était fait vider son propre aérosol dans la bouche.

Il n'a pas survécu.

Pour rester dans le sujet de la self defense, on peut mentionner :

 
- L'Anaconda Choke

Non c'est pas une attaque de serpent géant mais presque.

C'est le petit nom exotique d'une technique d'étranglement.

Toutes les strangulations d'origine humaine entrent dans cette catégorie. 

Il en existe beaucoup d'autres (étranglement respiratoire, sanguin ou les deux en un) donc de façon générale, évitez de vous faire choper par le cou lors d'un combat.

Un étranglement est ce qu'il y a de plus difficile à se dégager en self-defense et le ratio efficacité/létalité est assez élevé.

Les frappes à la gorge (ou tout autres chocs accidentels) peuvent également provoquer une entrave à la respiration.

 
- Le Boa Constrictor

Non ce n'est pas une technique d'art martial (du moins je ne crois pas)

Désolé pour la transition à deux balles mais maintenant qu'on y est allons y...

Il s'agit véritablement d'un risque de strangulation, donc de privation d'oxygène tant par l'air inspiré que par l'afflux sanguin.

Si le risque d'être mordu par un serpent venimeux est bien plus grand que celui d'être attaqué par un grand serpent constricteur, sachez quand même que les plus grands spécimens comme l'Anaconda, le Pythons et le Boa Constrictor sont tout à fait disposés à s'attaquer à un humain et à le tuer en s'enroulant autour de lui.

Il y a peu de chance qu'il fasse de vous son repas, mais il mettra certainement fin à vos jours s'il est en bonne posture pour vous serrer à mort !

Si par le plus grand des hasard, vous vous retrouviez avec un serpent dit "constricteur" prêt à vous étreindre mortellement, ne paniquez surtout pas pour ne pas accélérer la constriction mais agissez sans attendre !

Une fois l’étranglement commencé, le serpent ne relâche la prise que lorsque la proie est morte.

Ces serpents sont puissant et agressifs si il se sentent menacés.

Si votre tête peut sortir de l'anneau formé autour de votre cou, soulever simplement l'animal pour vous extraire de son emprise.

Si par contre le serpent est déjà bien enroulé, prenez ce qui vous vient en premier de sa tête ou de sa queue et déroulez le tours après tours.

Si le serpent n'est pas déroulable, priez pour avoir pris avec vous votre machette (en théorie, si vous trainez dans l'habitat naturel du python, il vaut mieux en avoir une sur sois.) et si c'est le cas, commencez à préparer votre repas en tranchant la tête du reptile.

Il y a de forte chance que même la tête coupé le serpent soit encore fermement enroulé autour de votre cou, c'est donc le moment de couper par le milieu si la bête ne se déroule toujours pas. 

Attention à ne pas vous trancher la carotide en découpant l'animal.

Petite précision, un étranglement ne coupe pas que les voies respiratoires mais aussi l'afflux sanguin vers le cerveau, dans ce cas là, le temps pour vous tirer d'affaire n'est plus tout à fait de trois minutes mais d'une dizaine de secondes avant l’évanouissement...

La compression de votre cage thoracique vous empêchera aussi de respirer, pensez aussi à désentraver cette zone de votre corps.

Pour revenir à des risques plus probables, il y a :


- Les gaz toxiques

On a vu plus haut le cas du monoxyde de carbone et du CS, mais d'autres gaz toxiques beaucoup plus dangereux peuvent être dispersés dans l'air dans le cas d'un accident industriel, d'attaque terroriste ou de guerre.

Le simple fait de respirer un gaz hautement toxique quelques secondes suffit à faire de vous un cadavre sur pattes.

Sans masque à gaz c'est zéro secondes. 

Certains gaz de combat agissent également par contacte cutané donc même avec un masque à gaz, sans combinaison NBC c'est cuit.



- Les poussières

Lors d'un tremblement de terre ou d'un bombardement, les poussières de matériaux de constructions se dispersent dans l'air et rendent celui-ci irrespirable en un rien de temps.

Si on ne suffoque pas dans le nuage de poussière, c'est dix ans plus tard que le cancer finira le travail.


- La crise d'asthme

En situation de survie, les personnes atteinte de maladies chroniques et dépendantes d'un traitement sont très vulnérables.

C'est le cas des asthmatiques ne pouvant pas se passer de bronchodilatateurs.

Si ils perdent leur inhalateur, si le dernier flacon est vide, que faire en cas de crise d'asthme.

La première chose est de prévoir un stock du médicament en question, de toujours en avoir avec sois et ensuite il faudra envisager la possibilité d'un traitement alternatif ou de substitution.

J'imagine que d'autres situations m'ont échappées, mais la liste proposée ici en exemple est déjà bien fournit.

Voyons maintenant la troisième règle de ces règles de trois : 

 
- 3 heures sans abri

 Une chaleur écrasante ou la brulure du soleil, le froid et le vent, la pluie et la foudre, les prédateurs et le pire de tous "l'homme".

Si l'hyperthermie et l’hypothermie sont les principaux états à éviter, un abri peut aussi servir à vous cacher.

En situation dégradé, vous avez trois heure pour vous trouver un abris.

Plus vite vous vous mettrez à chercher un moyen de vous protéger des éléments et plus vous pourrez gratter sur cette base de trois heures si vous n'avez pas été surpris par un cyclone et qu'aucun chien affamé n'est venu vous arracher un bout de mollet.

Abritez-vous du mieux que vous pouvez, faute d'abri, protégez vous au plus près de votre corps.

Avoir la possibilité et la capacité de faire du feu vous permettra d'affronter les affres du climat et éloignera certains animaux dangereux.   

Attention : si votre feu est visible et se sent de loin, les bipèdes s'y intéresseront si votre but est de vous planquer, réduisez sa détection, si au cas contraire vous souhaitez vous signaler, augmentez là tout en essayant de contenir sa propagation.

Maitriser differentes façon faire du feu dans differentes conditions est un sujet à développer ailleurs donc passons à la suite.

En résumé, vous savez qu'avec une bonne préparation, du savoir-faire et un peu de chance vous pouvez compter sur :

- N'importe quelle tente de fortune

- Une couverture de secours

- Épave de voiture

- Battisse abandonnée pas trop instable

- Cabane en bois

- Igloo dans la neige 

- Ou encore une superposition de feuilles ou de papier journal sous vos vêtements.

Tout est en détail dans un autre article, le Airbnb de la survie.

La suite concerne l'eau et c'est là aussi un paramètre d'une importance capitale.

Suite de ces règles de trois avec pour compte à rebours :


- 3 Jours sans eau 

L'eau c'est la vie et un apport régulier est nécessaire au bon fonctionnement de votre organisme tout entier.

L'organisme est composé d'environ 65% d'eau, et est totalement dépendant de cet élément.

Le premier conseil que je dois vous donner est de vous hydrater correctement en permanence en buvant au moins 1 litre et demi d'eau par jour en étalant votre consommation sur toute la journée.

Cet apport s'ajoute à l'eau contenu dans les aliments et doit être augmenté après un effort intense, une importante transpiration et par temps très chaud.

En étant bien hydraté au moment ou vous vous retrouverez en situation critique, vous éviterez la sensation de fatigue, les douleurs musculaires et le manque de concentration inhérent à un début de déshydratation.

Le simple fait d'avoir soif est un signe vous alarmant sur la nécessité de vous réhydrater.

Aux premiers instants d'une situation de survie, être en pleine possession de vos facultés physique et intellectuelle est primordiale.

Car comme nous venons de le voir, chaque minute compte et vous devrez rester parfaitement concentré sur votre survie et les actions à effectuer.

Vous avez trois jours avant que le manque d'eau ne vous tue.

C'est ce que dit la règle de 3, mais c'est une moyenne et selon les conditions ce temps peut varier.

Vous tiendrez probablement moins longtemps en cas de forte chaleur et avec une grande activité physique.

Et probablement plus si il fait froid et que vous restez statique 24 heure sur 24.

Mais dans ce dernier cas, l'eau ne va pas miraculeusement venir à vous même après 5 ou 6 jours.

Vous l'avez compris, le challenge sera tendu.

Vous trouverez sur le site l'article concernant cet élément vital qu'est l'eau.

Vous y apprendrez comment tenter d'étancher votre soif en toute situation de survie.


Voyons maintenant combien de temps il est possible de rester sans manger selon la règle de 3 de la survie :


- 3 Semaines sans nourriture 

Les personnes ayant déjà fait l’expérience du jeûne savent à quel point le corps fonctionne au ralenti lorsque les calories viennent à manquer.

Cependant, l'organisme continuera à tourner, même si c'est au ralenti, en puissant dans les réserves du corps qui sont le glycogène (les réserves de sucre), les protéines du muscle puis les tissus adipeux (les stock de graisse).

Plus ces stock seront élevés et plus longue sera la période de survie sans aliments.

Évidemment d'autre facteur rentrent en jeux comme la vitesse de votre métabolisme, les températures extrêmes et l'activité physique.

Quoi qu'il en soit la moyenne est établi à 3 semaines sans manger avant de mourir.

Ok !

Donc vous avez réussi à ne pas relâcher votre attention malgré le froid, la soif et la faim, vous avez su tenir compte de l'importance de votre respiration et avez su gérer votre souffle et éviter les embuches pouvant vous mener à l'asphyxie, vous avez trouvé un abris solide en moins de trois heures juste avant une averse, grâce à la pluie, vous buvez suffisamment et ne dépassez jamais la ligne rouge des trois jours grâce à une parfaite gestion de votre approvisionnement en eau et de vos efforts en fonction des conditions climatiques, vous avez retrouvé la ligne après trois semaines et demi en vous nourrissant de quelques vers de terre, deux trois mûres, des orties et là miracle, vous venez de choper un pigeon qui vous redonne du baume au cœur.

La personne de ce petit récit c'est bien débrouillé et à peut être eu de la chance dans son malheur.

Mais quand une situation de survie s'éternise, même avec une parfaite gestion de tout ce qui vient d'être vu, il reste un autre problème qu'il va falloir gérer au mieux :


- 3 Mois sans hygiène 

En trois mois sans douche dans un environnement non entretenue, la crasse et les parasites peuvent transmettre virus et bactérie.

L'eau est ici aussi au centre du débat avec son copain le savon.

Imaginez vous les mains recouverte d'une crasse épaisse avec lesquels vous devez manger, vous gratter, vous frotter le nez, les yeux et les oreilles...

Chaque nouveau contacte est une nouvelle opportunité pour les micro organismes pathogènes de s'infiltrer dans votre organisme affaibli par plusieurs semaines de survie.

A ce stade là, la moindre égratignure causé par de longs ongles sales lors d'une démangeaison pourrait provoquer une infection pouvant vite très mal tourner...

Conjonctivite, aphtose, mycoses, abcès...

Sans eau, pas d'hygiène et sans hygiène, les espoirs de survivre s’amenuisent au fil des jours et des infections.


3 mois est considéré comme le temps moyen durant lequel vous pouvez rester sans hygiène.

De plus, les parasites, l'aspect dégueulasse d'un manque d'hygiène, l'odeur et l'inconfort général ne sont pas de nature à motiver pour la survie.

L'impacte psychologique négatif du manque d'hygiène peu détruire le morale du plus rustique survivant.

L'entretient d'un bon état d'esprit en situation dégradé est un paramètre qu'il ne faut pas négliger.

Ne parle t'on pas d’ailleurs d'hygiène mentale... 
   

Ces règles de trois sont presque toutes décrites ici.

Presque, car il y en a une dernière qui concerne le lien social.

Le temps de survie estimé pour ce qui est des contactes sociaux est sensiblement le même que pour la survie sans hygiène :

- 3 Mois sans contact social    

Ce temps est probablement très étirable dans les deux sens en fonction des habitudes sociales et la force mental de l'individu concerné.

Cela dépend aussi des conditions plus ou moins difficile de survie, des chances de revenir plus ou moins vite à la vie "normale" et des personnes proches existant dans la vie du survivant (l'espoir de les revoir, survivre pour eux...).

Ce qui est sûr, c'est qu'au bout d'un certain temps sans personnes à qui parler, sans soutien psychologique (et physique) même minime, sans compagnie, sans le motif social de la survie, la dépression et l'impression d'être déjà mort doivent se faire ressentir assez violemment.

Si le désespoir de revoir la civilisation est la cause de cette dépression, la descente aux enfer sera d'autant plus vertigineuse si le survivant avait des liens forts avec les personnes qu'il estimera ne plus jamais pouvoir revoir.

Cette sensation d’échec, d'inutilité et de solitude extrême est forcément délétère sur la psyché et interférera inévitablement avec chacune des autres règles de trois que nous venons de décrire.

Comme pour la règle de 3 concernant l'hygiène, l'aspect psychologique de la survie est très important pour ce qui est des contactes sociaux.


Cette présentation des 7 règles de 3 touche à sa fin.

Apprenez ces règles de trois cœur et tachez d'en tenir compte lors de vos entrainements et aussi si par malheur vous étiez obligé de mettre en pratique en situation réelle vos talents pour la survie. 

Je vous récapitule rapidement ces 7 règles pour conclure cet article particulièrement long mais fondamentale pour toute personne souhaitant être apte à survivre en toutes circonstance humainement supportable :

Les 7 Règles de Trois

- 3 Secondes sans réfléchir
- 3 Minutes sans air
- 3 Heures sans abri
- 3 Jours sans eau
- 3 Semaines sans nourriture
- 3 Mois sans hygiène
- 3 Mois sans contactes sociaux  

Bon entrainement, et soyez prudent !  

Pour en apprendre plus sur le renforcement mental nécessaire en situation critique, rendez-vous ci-dessous :